FORUM MODENA49 de SPORT MOTORISE

GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Aller en bas

GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Lun 25 Nov - 17:09



Hungaroring RSS

Mogyoród, Hongrie

   Circuit : Race
   Longueur 4.381kms
   Nombre de virages 14
   Circulation horaire
   Capacité 120,000
   Achevé en 1986
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Mar 22 Juil - 16:06

Le Hungaroring du point de vue des pneus


par Grégory Demoen le 22/07/14 à 8:30

Pirelli et l’ensemble des écuries engagées en Formule 1 parcourent les 800 kilomètres qui séparent Hockenheim de Bupadest pour disputer le premier et unique Grand Prix européen organisé, cette saison, dans la foulée du précédent.
Le circuit du Hungaroring, le premier à avoir accueilli la F1 derrière le Rideau de Fer, en 1986, est un tracé permanent qui possède les caractéristiques d’une piste urbaine.
Il est en effet constitué de virages serrés et étroits qui n’offrent qu’une faible adhérence. Le grip mécanique est par conséquent l’une des clés de la réussite. Les courses sont traditionnellement marquées par de fortes températures et il n’est pas rare de voir apparaître la pluie.
Dans ces conditions de chaleur, Pirelli a ainsi sélectionné les pneus tendres et médiums qui doivent offrir le meilleur compromis performance / longévité. Même si le Hungaroring n’est pas particulièrement contraignant pour la gomme, les enchaînements de courbes n’offrent cependant que peu d’opportunités de la refroidir.
"Le Hungaroring est réputé pour son tracé très serré où il est difficile de dépasser et de définir les réglages parfaits sur un tour complet. La stratégie joue donc un rôle prépondérant pour progresser au classement", déclare Paul Hembery, le responsable de la compétition de Pirelli.
"L’incertitude de la météo est toujours source d’interrogations, mais à la vue des performances réalisées par nos pneumatiques dans la fournaise d’Hockenheim, nous sommes confiants et nous ne devrions pas rencontrer le moindre problème."
"Pour compenser les contraintes supplémentaires exercées sur les enveloppes, les gommes mises à disposition en Hongrie sont un peu plus dures et nous prévoyons d’assister à des stratégies à deux arrêts. Nous n’en aurons cependant la certitude qu’à l’issue des essais libres de vendredi."

http://www.f1i.com/infos/hungaroring-du-point-vue-pneumatiques/
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Jeu 24 Juil - 3:58

F1 - Pirelli : La stratégie jouera un rôle prépondérant en Hongrie
L’incertitude de la météo est toujours source d’interrogations

21 juillet 2014 - 18h33, par Olivier Ferret 

Pirelli et l’ensemble des écuries engagées en Formule 1 parcourent les 800 kilomètres qui séparent Hockenheim de Bupadest pour disputer le premier et unique Grand Prix européen organisé, cette saison, dans la foulée du précédent.

Le circuit du Hungaroring, le premier à avoir accueilli la Formule 1 derrière le Rideau de Fer, en 1986, est un tracé permanent qui possède les caractéristiques d’une piste urbaine. Il est en effet constitué de virages serrés et étroits qui n’offrent qu’une faible adhérence. Le grip mécanique est par conséquent l’une des clés de la réussite.

Les courses sont traditionnellement marquées par de fortes températures et il n’est pas rare de voir apparaître la pluie. Dans ces conditions de chaleur, Pirelli a ainsi sélectionné les pneumatiques P Zero Blanc Medium et P Zero Jaune Soft qui doivent offrir le meilleur compromis performance / longévité. Même si le Hungaroring n’est pas particulièrement contraignant pour la gomme, les enchaînements de courbes n’offrent cependant que peu d’opportunités de la refroidir.

Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport : « Le Hungaroring est réputé pour son tracé très serré où il est difficile de dépasser et de définir les réglages parfaits sur un tour complet. La stratégie joue donc un rôle prépondérant pour progresser au classement. L’incertitude de la météo est toujours source d’interrogations, mais à la vue des performances réalisées par nos pneumatiques dans la fournaise d’Hockenheim, nous sommes confiants et nous ne devrions pas rencontrer le moindre problème. Pour compenser les contraintes supplémentaires exercées sur les enveloppes, les gommes mises à disposition en Hongrie sont un peu plus dures et nous prévoyons d’assister à des stratégies à deux arrêts. Nous n’en aurons cependant la certitude qu’à l’issue des essais libres de vendredi. »

Le mot de Jean Alesi, Ambassadeur Pirelli : « Ces dernières années, le circuit du Hungaroring a subi des changements que je qualifierais de positifs. En raison de ses courbes lentes et des courtes accélérations, les monoplaces roulent avec le niveau d’appui maximal qui autorise ainsi de tutoyer les limites dans certaines portions. Bénéficier d’une bonne motricité représente un gros challenge technique et il faut surveiller avec attention la dégradation des pneus arrière, au risque de conclure l’épreuve sans la moindre adhérence et avec des distances de freinage allongées. Il y a certains détails à connaître sur cette piste. Le deuxième virage après les stands, par exemple, est un gauche en descente qui semble rapide. En apparence seulement car vous devez conserver la trajectoire intérieure pour être sur la bonne ligne à l’amorce de la courbe à droite suivant. Chaque virage conditionne le suivant, c’est une constante. Et je pense que ce sera encore plus compliqué cette saison car les pilotes devront parfaitement doser l’accélérateur pour compenser l’augmentation du couple des Formule 1 2014. Il sera donc difficile pour eux d’être en permanence sur la trajectoire idéale. »

Le circuit du point de vue des pneumatiques :

Le Hungaroring est un circuit très bien équilibré entre motricité, freinages et forces latérales. Les monoplaces roulent avec le maximum d’appui afin de bénéficier du meilleur grip mécanique possible dans les virages les plus lents.

La gomme « Medium » offre la fenêtre de performance la plus réduite, capable du meilleur même en cas de basses températures. La « Soft » contraste avec un cadre d’usage plus important lorsque le thermomètre grimpe. Les températures relevées à Budapest sont parmi les plus élevées de la saison.

Les pneumatiques sont soumis à plusieurs types de contraintes. Les appuis aérodynamiques produisent en effet une force verticale sur la gomme, tandis que des forces latérales (en courbes) ou longitudinales (à l’accélération et au freinage) agissent au même moment. Autant de paramètres qui favorisent le stress sur le pneu.

L’an passé, chaussé des gommes Medium et Soft, Lewis Hamilton remporta sa première victoire pour Mercedes grâce à une stratégie à trois arrêts. Kimi Räikkönen n’en avait pour sa part respecté que deux et terminé en 2e position pour le compte de l’écurie Lotus.

http://www.nextgen-auto.com/Pirelli-La-strategie-jouera-un-role-preponderant-en-Hongrie,79554.html
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Jeu 24 Juil - 4:01



F1 - Button : La Hongrie, un Grand Prix spécial pour moi
Jenson y retourne toujours avec plaisir


22 juillet 2014 - 16h28, par Olivier Ferret 

Peu de pilotes dans le paddock classeront le circuit du Hungaroring dans leur top 5, voire même leur top 10. Mais Jenson Button est un cas à part : il a vécu de belles choses en Hongrie et il adore y retourner chaque année.

"Comme vous le savez, la Hongrie est spéciale pour moi depuis un certain temps. J’ai gagné mon premier Grand Prix ici en 2006 - c’était un de ces jours où tout allait parfaitement dans ma direction - et j’y ai aussi gagné pour mon 200e Grand Prix. C’était une journée pleine d’émotions, en 2011... Je ne peux pas croire que cela fait déjà 60 courses que c’est arrivé."

Button va même plus loin en affirmant que "le Hungaroring est un super circuit. Tout le monde pense qu’il s’agit d’un circuit lent, mais, en y regardant de plus près, il possède quelques virages sympas, dont le n°4 qui exige un fort engagement du pilote. Il est difficile, avec un sommet en aveugle. De même, la séquence de virages en esses entre les courbes 8 et 11 procurent beaucoup de satisfaction derrière le volant."

Reste que sa McLaren MP4-29 ne fera pas de miracles en Hongrie, a priori.

"C’est encore un circuit où vous avez besoin de beaucoup d’appuis aérodynamiques et d’adhérence. Nous ne sommes pas encore à notre maximum de ce côté mais je pense que nous faisons des avancées positives dans ce sens."

http://www.nextgen-auto.com/Button-La-Hongrie-un-Grand-Prix-special-pour-moi,79589.html
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Jeu 24 Juil - 4:04

F1 - Ricciardo : la Hongrie ? C’est Monaco sans les murs
Un circuit pas très adapté pour les course de F1 selon l’Australien

22 juillet 2014 - 14h51, par D. Thys 
Daniel Ricciardo est partagé sur le circuit du Hungaroring, car s’il trouve le tracé agréable pour un pilote, il ne le trouve pas vraiment adapté à une course de F1. Pour lui, le circuit Hongrois est similaire à celui de Monaco, mais sans les murs.

“J’ai toujours apprécié le Hungaroring, mais ce n’est peut-être pas l’endroit idéal pour organiser une course de F1, car la piste est très étroite et tortueuse,” déclare Daniel Ricciardo. “Ca ressemble à Monaco, mais sans les murs. C’est une situation étrange, puisque le pilotage sur ce circuit est agréable, mais les courses ne sont pas géniales. C’est un très bon circuit en qualification avec des pneus neufs et peu d’essence, vous n’avez pas un seul moment de répit.”

“En course, les dépassements sont difficiles, car la piste est étroite et cet enchaînement excitant de virages ne vous permet pas de tenter une attaque. Avec le DRS les choses se sont améliorées. Le premier virage et la descente qui suit peut être assez excitante,” ajoute le pilote australien.

http://www.nextgen-auto.com/Ricciardo-la-Hongrie-C-est-Monaco-sans-les-murs,79559.html
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Jeu 24 Juil - 4:06

En quoi le Hungaroring est-il exigeant pour les V6 turbo ?


par Grégory Demoen le 23/07/14 à 15:13





Le directeur des activités piste de Renault Sport F1, Rémi Taffin, décrit les difficultés du tourniquet du Hungaroring pour les V6 turbo.
"Le Grand Prix de Hongrie se démarque totalement des dernières courses que nous avons disputées", commente le Français.
"La piste se révèle assez lente et seulement 55% du tour se parcourt à pleine charge, contre 65, voire 70% pour les quatre derniers rendez-vous du calendrier."
"La vitesse moyenne devrait à peine dépasser les 180 km/h, la plupart des virages se négociant en troisième ou quatrième vitesse. Par conséquent, la puissance brute ne joue pas un rôle prépondérant et le moteur à combustion interne ne subira pas de contraintes extrêmes durant la course. Nous allons donc nous attacher à proposer le groupe propulseur le plus souple possible, au lieu de nous focaliser sur la vitesse maximale."
"À l’ère des moteurs V8, il était d’usage de faire courir en Hongrie un bloc qui avait déjà disputé deux Grands Prix. Nous suivrons le même principe cette saison et utiliseront des moteurs V6 à combustion interne pour qui ce sera sans doute l’une des dernières courses, si possible."
En revanche, le turbocompresseur, le MGU-H, et le MGU-K seront énormément sollicités.
"En raison des nombreux virages lents, la souplesse du groupe propulseur tient un rôle capital pour établir des chronos compétitifs. Les zones de freinage appuyé seront autant d’opportunités de récupérer de l’énergie pour le MGU-K", explique Taffin.
"Le deuxième secteur du tracé, le plus sinueux des trois, représente la meilleure occasion de récolter cette énergie puisqu’il se compose principalement de courbes négociées en troisième. En outre, la vitesse maximale n’y dépasse jamais les 245 km/h. Les brèves périodes d’accélération qui relient les virages permettront, quant à elles, de récupérer de l’énergie thermique au niveau de l’échappement."
"Ces phases se révéleront néanmoins particulièrement brusques et soumettront les composants internes à des forces extrêmes. Il se peut donc que nous utilisions un composant plus neuf que les autres afin d’améliorer les performances et la fiabilité générales du groupe propulseur."
"De toutes les courses de la saison, la Hongrie sera celle où le turbocompresseur jouera le rôle le plus déterminant. Comme le pilote change constamment de rythme, avoir un turbo qui répond instantanément et délivre la puissance adéquate permettra de réduire significativement le temps au tour en offrant une plus grande souplesse de conduite."
"Le Hungaroring est certes une piste lente, mais cette dernière se révèle exigeante en tout point. Ce n’est assurément pas un rendez-vous facile pour conclure la première moitié de la saison."
http://www.f1i.com/infos/en-hungaroring-il-exigeant-les-v6-turbo/
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Jeu 24 Juil - 4:08

Le Hungaroring à la loupe


par  Grégory Demoen le 23/07/14 à 17:57





Le Hungaroring est un circuit qui n’a a priori pas grand-chose pour lui. Surnommée le tourniquet, la piste magyare pourrait se résumer à un enchaînement interminable de virages lents qui n’est interrompu que par la seule ligne droite de départ et d’arrivée. Le trafic y est dense tant le tracé est court (à peine 4,381 km) et la piste étroite (quinze mètres de large maximum, contre vingt pour la plupart des nouveaux circuits).
Autant dire que ce rendez-vous hongrois n’est pas des plus réjouissants pour les pilotes. Les dépassements sont rares et l’absence de plusieurs lignes droites empêche tout relâchement. Le Hungaroring est donc extrêmement ardu, d’autant que la piste est bosselée et habituellement très poussiéreuse, car peu utilisée le reste de l’année.
"C'est l'un des circuits les plus exigeants du calendrier car il occupe le pilote sur le tour complet, indique Lewis Hamilton, quatre fois vainqueur du Grand Prix de Hongrie. C'est comme un circuit de karting : il y a beaucoup de passages sinueux et de virages, et le seul endroit où se relaxer est la ligne droite des stands, par ailleurs assez courte. Le tracé est aussi peu adhérent, ce qui rend les dépassements aventureux. C'est un circuit qui récompense la régularité et la précision : attaquer trop fort se traduit par une perte de temps."

Une vision partagée par Jean-Éric Vergne : "La chaleur pendant la course est moins forte qu’en Malaisie ou à Singapour, juge-t-il. Mais je trouve qu’il s’agit de l’une des pistes où nous avons le moins de temps pour reprendre notre souffle. De plus, elle est bosselée !"
La procession dominicale auquel nous a habitué le Hungaroring peut cependant se voir brisée par les deux zones de DRS qui, pour un tel tracé, sont loin d’être un luxe. Elles sont situées sur la ligne droite des stands et entre les virages T1 et T2.
Le cinquième virage (T5) est l’un des plus exigeants du circuit pour les pilotes. En montée, cette courbe droite est longue, bosselée et relativement brusque. "Ce virage est très dur, confirme JEV. On y entre tellement fort que la sortie est forcément sacrifiée."
La météo n’est pas un facteur perturbateur à Budapest. Depuis 1986, année de la première édition du Grand Prix, seule l’édition 2006 s’est déroulée sous la pluie, permettant à Jenson Button de signer sa première victoire en F1, et la première de Honda en tant que constructeur depuis 1967.
Cette année semble plus incertaine du point de vue météorologique, mais la canicule pourrait bien encore plomber le tourniquet magyar !

http://www.f1i.com/f1i-features/hungaroring-loupe/
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Jeu 24 Juil - 4:11

avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Sam 26 Juil - 4:29

GP de Hongrie - Libres 2

Hamilton confirme ses bonnes dispositions
ESPN Staff
25 juillet 2014
Premier le matin, premier l'après-midi, Hamilton débute bien le week-end sur l'un de ses circuits fétiches © Sutton Images


Lewis Hamilton a dominé la deuxième séance libre du Grand Prix de Hongrie, devançant comme vendredi matin son coéquipier Nico Rosberg, le week-end est bien lancé entre les deux pilotes Mercedes.

Le Britannique a relégué le leader du championnat à plus de deux dixièmes, Rosberg demandant même des conseils à son stand en fin de journée. Sebastian Vettel s'est classé troisième à six dixièmes du vainqueur, devant Fernando Alonso, Kevin Magnussen et Kimi Raikkönen. Daniel Ricciardo, les deux Williams et Jenson Button prennent les dernières places dans le top 10 devant les Toro Rosso de Daniil Kvyat et Jean-Éric Vergne, 12e et meilleur français du jour.

Grosjean roule peu, Bianchi repasse Chilton

Les trente dernières minutes de roulage ont permis aux écuries de travailler pour la course, même si ce sera inutile si la pluie s'invite dimanche dans la région de Budapest. En pneus tendres, Mercedes avait le meilleur rythme sur la durée mais Williams, Red Bull et même Ferrari n'étaient pas larguées. Intéressant si la piste reste sèche pour les 70 tours du Grand Prix.

Romain Grosjean s'est classé 17e avec seulement 14 tours couverts, encore des problèmes sur le système de refroidissement de sa Lotus. Jules Bianchi a remis les pendules à l'heure par rapport à son coéquipier Max Chilton, il le devance pour un dixième. Vingtième, le Niçois termine néanmoins derrière la Caterham de Kamui Kobayashi.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/169143.html
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Sam 26 Juil - 4:31

GP de Hongrie 2014 - Présentation

Le terrain de jeu de Hamilton ?
Nate Saunders / Daniel Bastien
24 juillet 2014
Hamilton a déjà gagné quatre fois en Hongrie
© Getty Images


S'il y a une leçon à tirer de cette saison 2014, c'est que l'élan dont profite un pilote n'est pas une chose sur laquelle on peut se fier. Lewis Hamilton a connu une belle série de quatre victoires en début de saison, une série qui a pris fin pendant un week-end frustrant à Monaco. L'élan a été transféré de l'autre côté du garage Mercedes pendant quelques courses, mais Nico Rosberg a abandonné en Grande-Bretagne et Hamilton a alors marqué un maximum de points. En pleine confiance lors des trois périodes d'essais libres en Allemagne le week-end dernier, son élan a pris fin dès le début des qualifications suite à l'éclatement d'un disque de frein. L'éventuelle victoire de Rosberg n'a jamais été menacée.

La F1 entamera la seconde moitié du championnat en Hongrie. Rosberg compte 14 points d'avance sur Hamilton, ce qui est intéressant mais loin d'être confortable pour l'actuel leader du classement des pilotes, surtout si l'on se fie aux résultats des dix courses précédentes. Ce week-end sur le Hungaroring, Rosberg tentera de battre Hamilton sur un circuit où son coéquipier et rival a déjà triomphé à quatre reprises. Qui gagnera ? Rien n'est sûr. Mais celui qui remportera la course passera de meilleures vacances pendant la pause estivale de la F1.

En hausse
Valtteri Bottas est en pleine forme, avec trois podiums en autant de courses. Le pilote Williams impressionne et il accomplit des merveilles pour son équipe, clairement devenue l'une des plus importantes forces du plateau derrière Mercedes. Bien que Felipe Massa est terriblement malchanceux depuis quelques temps (trois accidents en quatre GP), Bottas bat régulièrement son coéquipier en conditions de qualifications et de course. Cela fait déjà longtemps que Williams affirme avoir un futur champion du monde dans son équipe ; les performances du Finlandais semblent lui donner raison de le croire.

Sebastian Vettel connaît une saison difficile chez Red Bull, mais les deux dernières courses ont semblé marquer le retour en forme du quadruple champion. L'excellent duel entre lui et Fernando Alonso à Silverstone, suivi par des performances solides à Hockenheim, nous ont rappelé tout le talent du champion en titre. Nico Hülkenberg, qui termine dans les points depuis le début de la saison, fait également du très beau travail chez Force India.

En baisse
Le contrat de Pastor Maldonado a été prolongé chez Lotus, mais au terme de sa dixième course de l'année, le pilote vénézuélien n'a toujours pas marqué le moindre point. Son équipe a réaffirmé toute la confiance qu'elle lui porte, alors il serait juste que Maldonado récompense Lotus en lui offrant un résultat dans le Top 10 avant d'entamer la pause estivale. Plus loin dans le peloton, chez Marussia, la dernière fois que Max Chilton a battu son coéquipier, c'était pendant le GP de Bahreïn en avril. Depuis que Jules Bianchi a marqué ses premiers points à Monaco, ses performances semblent être passées au niveau supérieur ; son passage chez Ferrari, lors des essais d'intra-saison à Silverstone, laissent croire qu'il n'est peut-être plus très loin d'un meilleur volant. Chilton devra donc faire de plus gros efforts car aucun pilote ne peut se permettre d'être régulièrement battu par son coéquipier, peu importe où son écurie se situe dans la hiérarchie.

Räikkönen, saison compliquée chez Ferrari
© Sutton Images

Cette règle non écrite s'applique également à Kimi Räikkönen, qui a été battu dix fois en dix courses par Fernando Alonso. Le patron de Ferrari, Marco Mattiacci, a défendu le Finlandais en affirmant que "Kimi est le pilote dont nous avons besoin" et en minimisant l'importance de la comparaison avec Alonso, surtout que Räikkönen cherche toujours ses repères dans la monoplace rouge. Mais lorsque vous avez un champion du monde au sein de votre équipe, payé plusieurs millions de dollars en salaire mais qui ne répond pas encore aux attentes, il est évident que des gens vont poser des questions sur son avenir au sein de la Scuderia. Cela dit, il faut reconnaître que Räikkönen a fait quelques petits progrès. Iceman n'aime pas vraiment parler aux médias, mais s'il ne progresse pas davantage, il fera à nouveau face à des questions portant sur ses performances.

À surveiller

En ce moment, Williams semble être la seule équipe ayant des chances réelles de battre Mercedes et gagner une course. Rappelons la fierté de l'équipe alors qu'elle contactait Bottas par radio, suite au GP d'Allemagne, pour le féliciter d'avoir battu un des pilotes Mercedes "à la régulière." La confiance est si forte chez Williams que viser la deuxième place dans le championnat des constructeurs devient un objectif crédible. Mais l'équipe ne s'attend pas nécessairement à briller ce week-end sur le Hungaroring, un circuit qui ne convient probablement pas à sa voiture puisque la pleine puissance est sollicitée pendant 55 % du tour seulement, alors que la moyenne se situait autour de 70% lors des quatre courses précédentes.

Points chauds

Le circuit de Sotchi
© Getty Images

La question de Sotchi : La tragédie du vol MH17 de la Malaysia Airlines abattu au-dessus de l'Ukraine, apparemment par des milices pro-russes, alimente les tensions internationales. Plusieurs pays critiquent le rôle de la Russie, qui semble soutenir les forces séparatistes, dans les événements ayant mené à la mort des 298 personnes à bord de l'avion. Les armes utilisées auraient été fournies par la Russie et des questions demeurent sans réponse en ce qui concerne l'entraînement des milices pro-russes dans l'utilisation de missiles sol-air. Les dirigeants de plusieurs pays réclament des sanctions encore plus sévère à l'égard de la Russie, qui s'est impliquée dans le conflit ukrainien dès la fin des Jeux Olympiques d'hiver à Sotchi en février dernier.

Et c'est dans ce contexte que la F1 se prépare à courir au pays de Vladimir Poutine lors du premier GP de Russie de l'Histoire, en octobre, sur un nouveau circuit dont une portion du tracé inclut les installations olympiques de Sotchi. Il y a peu de chances que les tensions internationales aient diminué entre-temps, et cela signifie que la F1 se retrouvera à nouveau au centre d'une crise politique (et morale) portant sur la nécessité de courir dans un pays hautement critiqué pour ses décisions politiques.

Comme ce fut le cas pour le GP de Bahrëin en 2012, Bernie Ecclestone et la FIA répètent que le sport et la politique sont des entités indépendantes. La notion est noble, mais le public a réagi très négativement lorsque la F1 s'est rendue à Bahreïn malgré les nombreux rapports de confrontations violentes entre les autorités et les manifestants pro-démocratie. Au plan des relations publiques, ce fut un désastre pour la F1 et la FIA. Et voilà que la même chose pourrait se répéter cet automne en Russie. Est-ce que certains sponsors vont boycotter la course ? Plus précisément, est-ce que l'entreprise malaisienne Petronas, sponsor principal de Mercedes, voudra afficher ses logos sur la voiture lors d'une course en Russie ? Ce sont des questions difficiles pour une situation politique très complexe. Malheureusement, la F1 risque de se retrouver au centre des manchettes pour les mauvaises raisons.

Trop de recul pour les commissaires ? : Depuis quelques courses, soit depuis que la FIA a demandé à ses commissaires d'être moins pointilleux sur chaque petit incident, ces derniers ont laissé plus de liberté aux pilotes lorsqu'ils croisent le fer et se touchent à l'occasion (et le spectacle s'en porte très bien !). Mais alors que les pilotes se plaignaient auparavant de trop souvent recevoir des pénalités sévères pour des incidents relativement mineurs, se peut-il que l'approche plus permissive des commissaires va maintenant trop loin dans l'autre sens ? L'accident de Kimi Räikkönen survenu au début du GP de Grande-Bretagne (qui a mis un terme à la course de Felipe Massa, et qui aurait pu gravement blesser Max Chilton) est un bon exemple.

Selon plusieurs, le pilote Ferrari est revenu en piste beaucoup trop rapidement et cela aurait joué un rôle important dans sa perte de contrôle. Mais les commissaires ne l'ont pas pénalisé après avoir conclu qu'il avait levé le pied et était revenu en piste de manière correcte. Mais Autosport a récemment révélé que Charlie Whiting, le directeur de course de la FIA, était d'avis que Räikkönen aurait dû faire plus attention et que la manœuvre avait peut-être été dangereuse. De plus, la manœuvre du Finlandais a été discutée en Allemagne lors de la traditionnelle réunion des pilotes du vendredi. Des personnalités du paddock, dont Niki Lauda, croient que Räikkönen a été imprudent.

Alors, devait-il être pénalisé ? Pas nécessairement, mais le fait de ne pas le pénaliser, et d'ensuite laisser entendre qu'il aurait peut-être mérité de l'être, voilà qui sème la confusion. Nous sommes tous heureux que les combats en piste semblent plus intenses depuis que les pilotes s'inquiètent moins d'être pénalisés à la moindre petite erreur commise dans le feu de l'action. Mais les commissaires ne doivent pas oublier que la sécurité en piste doit primer. En Allemagne, plusieurs se demandent encore pourquoi la Voiture de Sécurité n'a pas été déployée alors qu'une Sauber était immobilisée en piste. "Elle est parfois déployée lorsqu'il y a un débris d'aileron avant sur la piste, et dans ce cas-ci il y avait une monoplace, mais pas la Voiture de Sécurité", a noté Fernando Alonso.

2015 prend forme : Nous nous approchons de la période de l'année où chaque rumeur concernant le marché des pilotes doit habituellement être considérée avec prudence. Puisqu'il y aura quatre semaines entre le GP de Hongrie et celui de la Belgique, la pause estivale risque de voir plusieurs théories monter à la surface, surtout en ce qui concerne la composition des duos de titulaires pour la saison 2015. Cela dit, certaines possibilités peuvent être jugées probables, comme l'arrivée de Carlos Sainz Jr en F1 l'année prochaine (chez Toro Rosso ou Caterham). Peut-être que d'autres recrues potentielles s'ajouteront. On ne sait pas encore si Jenson Button continuera chez McLaren. Mais l'élément-clé du casse-tête risque d'être Fernando Alonso : va-t-il continuer chez Ferrari et donner une 6e chance à l'équipe, ou retourner chez McLaren en misant sur le nouveau partenariat avec le motoriste Honda ? Une autre rumeur dit qu'il pourrait considérer Williams, dont le budget est plus petit que Ferrari, mais dont la voiture est déjà plus compétitive et le groupe propulseur Mercedes plus puissant. La saison folle commence...

Attaque de stats

Hamilton lors de sa victoire l'an dernier
© Sutton Images

Si Lewis Hamilton remporte cette course pour la 5e fois, il battra Michael Schumacher pour le plus grand nombre de victoires sur le Hungaroring.
Le Hungaroring fait partie du championnat depuis que le pays est apparu sur le calendrier de la F1 en 1986. Il s'agissait alors du premier Grand Prix situé derrière le Rideau de fer.
Au cours des dix éditions précédentes, trois pilotes ont signé leur première victoire en Hongrie : Fernando Alonso (2003), Jenson Button (2006) et Heikki Kovalainen (2008).
Seules les écuries McLaren, Williams et Ferrari ont remporté le GP de Hongrie plus d'une fois (23 victoires au total).
Pirelli fournira des gommes medium (bande blanche) et tendres (bande jaune) ce week-end.

Pilote-commissaire
Emanuele Pirro sera le pilote-commissaire ce week-end en Hongrie ; ce sera la 12e fois fois qu'il occupe ce rôle depuis 2010. L'Italien a couru en Formule 1 de 1989 à 1991 pour Benetton et Dallara, mais n'a pas atteint le podium. Sa carrière en Touring a connu beaucoup plus de succès (deux titres en Italie, un en Allemagne). Toujours avec Audi en Endurance, Pirro a remporté les 24 Heures du Mans en 2000, 2001, 2002 et 2006, ainsi que le titre 2001 dans la série American Le Mans.

Météo
Vous vous souvenez de la pluie annoncée pour le GP d'Allemagne ? Et qui est tombée dix minutes après la fin de la course ? Les prévisions météo sont similaires pour ce week-end en Hongrie, sauf qu'elles semblent plus probables au moment d'écrire ces lignes. Et nous pouvons aussi ajouter quelques orages au menu, probablement samedi. Quant aux températures, elles seront élevées comme c'est souvent le cas autour du Hungaroring.

La conclusion d'ESPNF1
Nico Rosberg se montre très fort et régulier depuis le début de la saison, mais dans le cas du GP de Hongrie, son coéquipier Lewis Hamilton est celui qui se sent très à l'aise sur le Hungaroring. Si ni l'un ni l'autre des pilotes Mercedes rencontre des difficultés techniques, il restera à voir si Rosberg réussira à battre Hamilton sur son terrain de jeu (et par ce fait, donner un coup psychologique à son rival pour le titre). Si Williams parvient à conserver son élan sur ce circuit moins rapide que les quatre précédents, elle pourra compter sur la bonne forme de Valtteri Bottas. Et si la chance sourit enfin à Felipe Massa, il se peut que ça se bouscule pour la dernière place sur le podium. Bien entendu, Red Bull et Ferrari pourraient aussi être en mesure de rejoindre la fête si les circonstances leur sont favorables.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/168897.html
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Sam 26 Juil - 14:30


  • GP de Hongrie - Qualif

Rosberg en pole, Hamilton en flammes
ESPN Staff
26 juillet 2014

Nico Rosberg a réussi la 10e pole de sa carrière © Sutton Images
 
Nico Rosberg décroche la pole position en Hongrie et réalise déjà une belle opération avec les nouveaux problèmes de son coéquipier Lewis Hamilton en qualification.
Le Britannique a rapidement laissé le champ libre à Rosberg pour la pole, immobilisant sa W05 en flammes à l'entrée des stands dès la Q1. Encore malchanceux, Hamilton, une semaine après son accident à Hockenheim. Il devra une nouvelle fois essayer de remonter pour ne pas laisser le leader du championnat s'échapper au classement.
Rosberg a ensuite survécu à l'averse apparue avant la Q3, humidifiant la piste au premier virage. L'Allemand a tiré tout droit, se récupérant dans la zone de dégagement, Kevin Magnussen (10e) n'a pas eu cette chance, il terminait dans le mur de pneumatiques. Il n'avait plus qu'à finir le travail et battre Sebastian Vettel, ce qu'il a fait avec brio pour près d'une demi-seconde.

Bianchi accède à la Q2
Valtteri Bottas s'est classé troisième devant Daniel Ricciardo, Fernando Alonso et Felipe Massa. Jean-Éric Vergne a atteint la Q3 pour la 7e fois de la saison, il accompagnera Jenson Button sur la quatrième ligne. Daniil Kvyat avait une chance d'accéder à la Q3 mais il est parti en tête-à-queue au virage 12 dans son dernier essai.
Les autres Français seront plus loin, Romain Grosjean se placera en 15e position à côté de Jules Bianchi. Le Niçois a profité de l'erreur stratégique de Ferrari qui n'a pas renvoyé Kimi Raikkönen en piste et s'est qualifié en Q2 pour la 2e fois en 2014 après Silverstone.
Le Finlandais partira donc dans les dernières positions mais toujours devant Lewis Hamilton, 21e, et Pastor Maldonado. Le pilote Lotus a connu un problème dès le début de la Q1, quelques secondes avant le pilote Mercedes.
© ESPN Sports Media Ltd.
http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/169393.htm
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Sam 26 Juil - 14:31

avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Dim 27 Juil - 4:55

La grille de départ du Grand Prix de Hongrie


par  Grégory Demoen le 26/07/14 à 20:28

La grille de départ du Grand Prix de Hongrie diffère assez légèrement du verdict des qualifications obtenu samedi après-midi sur le circuit du Hungaroring.
Dixième de la séance qualificative, Kevin Magnussen partira de la voie des stands. Tous les pilotes qualifiés derrière lui gagnent du coup une place sur la grille.
Lewis Hamilton s'élancera également de la pitlane demain après-midi, derrière la McLaren du Danois.
PosPilotePilotePos
01N. Rosberg
S. Vettel02
03V. Bottas
D. Ricciardo04
05F. Alonso
F. Massa06
07J. Button
J.-E. Vergne08
09N. Hülkenberg
D. Kvyat10
11A. Sutil
S. Pérez12
13E. Gutiérrez
R. Grosjean14
15J. Bianchi
K. Räikkönen16
17K. Kobayashi
M. Chilton18
19M. Ericsson
P. Maldonado20
PitK. Magnussen
L. HamiltonPit
http://www.f1i.com/infos/grille-depart-du-grand-prix-hongrie/
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par modena49 le Dim 27 Juil - 16:21


  • GP de Hongrie


Ricciardo s'impose au finish à Budapest
ESPN Staff
27 juillet 2014

Ricciardo devient le spécialiste des courses incroyables, après sa victoire en Hongrie, quelques semaines après le Canada © Getty Images
 
Daniel Ricciardo remporte ce dimanche un Grand Prix de Hongrie exceptionnel sur le tourniquet du Hungaroring. L'Australien décroche sa deuxième victoire de la saison après Montréal.
70 tours de folie, un spectacle incroyable du début à la fin. Les premiers tours sont effectués en pneus intermédiaires, la piste était encore très humide suite à une grosse averse abattue avant le coup d'envoi. Les derniers se disputent avec trois puis quatre voitures à la lutte pour la victoire et le podium. Ricciardo sort vainqueur de cet incroyable dénouement devant Fernando Alonso et Lewis Hamilton, Nico Rosberg devant se contenter d'une quatrième place sur la ligne.

Rosberg, 4e après un superbe retour
Tout avait bien commencé pour le leader du championnat, qui part en vacances avec 11 points d'avance sur son coéquipier, mais l'accident de Marcus Ericsson dès le 7e tour a tout changé. Quand la Voiture de Sécurité entre (pour la première fois) en piste, l'Allemand ne peut plus plonger dans les stands, tout comme Valtteri Bottas (8e à l'arrivée), Sebastian Vettel et Alonso. Ce quatuor devra patienter un tour de plus et permettre à Ricciardo de prendre les commandes.
Le pilote Red Bull les perdra plus tard quand il rentrera au stand après la deuxième neutralisation de la course consécutive à l'accident violent (mais sans gravité) de Sergio Pérez dans la ligne droite de départ/arrivée. Vettel aura plus de chance quelques tours à cet endroit, il ne fera que frôler le mur après un tête-à-queue, le miracle du jour.
Un des miracles du jour, Hamilton étant encore remonté jusqu'au podium malgré un départ de la voie des stands, une faute au deuxième virage et un retour de Rosberg en fin de course avec des pneus neufs. Il a survécu à tout pour reprendre quelques points au championnat à son équipier. Pour Alonso, à l'agonie avec ses pneus dans les derniers tours, c'est aussi un superbe résultat. Premier à trois tours du but, il pensait bien tenir la victoire mais profite du duel final entre les Mercedes pour s'assurer cette deuxième place.

Vergne marque deux points
Felipe Massa s'est classé cinquième devant un Kimi Raikkönen, auteur lui aussi d'une magnifique remontée (de la 17e à la 6e place). Bottas, le grand perdant de la première sortie de la Voiture de Sécurité, termine huitième devant Jean-Éric Vergne, neuvième après avoir occupé la deuxième place à la mi-course et tenu tête à Nico Rosberg notamment.
Jules Bianchi prend lui la 15e place, Romain Grosjean a été contraint à l'abandon après une sortie de piste pendant la première neutralisation de cette course d'anthologie. Il faudra bien quatre semaines de pause pour s'en remettre avant la Belgique.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/169663.html
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum