FORUM MODENA49 de SPORT MOTORISE

Anecdotes fascinantes à propos des pilotes de Formule 1

Aller en bas

Anecdotes fascinantes à propos des pilotes de Formule 1

Message par modena49 le Mar 26 Fév - 17:39

L’histoire de la Formule 1 contient plusieurs anecdotes fascinantes que relativement peu d’amateurs connaissent. En voici de nouvelles, dont certaines sont assez peu connues…

RICCARDO PATRESE
L’Italien Riccardo Patrese est le seul pilote à avoir franchi la ligne d’arrivée d’un Grand Prix sans savoir qu’il avait gagné! Lors des trois derniers tours du Grand Prix de Monaco en 1982, cinq pilotes se sont succédé en tête de la course ! D’abord, le meneur, Alain Prost, a perdu le contrôle de sa Renault sous la pluie. Puis, Patrese a effectué un tête-à-queue au Loews. Ensuite, le nouveau meneur, Didier Pironi tombe en panne électrique. Quelques mètres plus loin, Andrea de Cesaris tombe en panne d'essence. Puis, Derek Daly voit sa transmission gripper au dernier tour. Patrese, qui a réussi à faire démarrer sa Brabham en lui faisant descendre la pente, termine premier, sans savoir qu’il a gagné !

BOBBY RAHAL
Pilote de Walter Wolf en Formule 3 en 1978, Bobby Rahal dispute les deux derniers Grands Prix de F1 de la saison à Watkins Glen et Canada. À Montréal, il effectue un tête-à-queue avec sa WR5 durant les essais et endommage le fond plat de sa monoplace. L’écurie Wolf n’a d’autre choix que de récupérer l’ancienne WR1 exposée dans le lobby d’un hôtel montréalais ! On fait le plein d’huile et d’essence et les mécanos démarrent le Cosworth DFV ! Rahal prend le départ, mais abandonne au 16e tour sur problème de pression d’essence.

FRANÇOIS HESNAULT
Pilote français qui débute en F1 chez Ligier avant de terminer sa courte carrière comme coéquipier de Nelson Piquet chez Brabham. Il revient en F1 au Grand Prix d’Allemagne de 1985 au Nürburgring comme pilote d’une troisième Renault RE60 officielle. En fait, cette Renault est la première F1 à être munie d’une caméra de télévision en direct. Les téléspectateurs du monde entier connaissent le premier départ de Grand Prix en direct. Qualifié 23e sur 27, Hesnault abandonne sur problème d’embrayage au 8e passage.

DAVID PURLEY
Ancien parachutiste britannique, David Purley est l’héritier de la firme LEC de réfrigérateurs. Purley est surtout connu pour son héroïsme en tentant de sauver son ami Roger Williams, coincé sous sa voiture retournée, en flammes à Zandvoort en 1973. Lors des pré-qualifications du GP de Grande-Bretagne en 1977, l’accélérateur de sa LEC-Cosworth resté coincé ouvert à fond. La LEC percute le muret de protection avec violence et passe de 173 km/h à zéro en 66cm ! Purley survit à l’impact de 179,8G, ce qui est la plus forte décélération jamais encaissée par un être humain qui est demeuré en vie.

STEFAN JOHANSSON
Pilote pour des petites écuries avant d’aller chez Ferrari, puis chez McLaren. Durant les essais du vendredi du Grand Prix d’Autriche en 1987, les organisateurs font preuve de laxisme. Un cerf se promène au bord de piste sans qu’on arrête la séance. Stefan Johansson arrive à toute vitesse aux commandes de sa McLaren. Malgré des réflexes prodigieux, il ne peut éviter l’animal qui est instantanément dépecé par la roue et le ponton gauches. Johansson, fortement ébranlé, était indemne. Le cerf est mort sur le coup, mais le cockpit était rempli d’entrailles et de sang…

VITTORIO BRAMBILLA
Bon pilote, mais sans plus, Vittorio Brambilla pilote pour l’écurie March de 1974 à 1976. Lors du Grand Prix d’Autriche de 1975, Brambilla pilote de fort brillante façon sous la pluie. Lorsque le drapeau à damier salue sa victoire, sa première en F1, Vittorio est tellement heureux qu’il salue la foule avec exubérance. Et ce qui devait arriver, arriva. Il perd le contrôle de sa March qui effectue un tête-à-queue et fracasse son museau contre le rail de sécurité !

NIGEL MANSELL
Sur le circuit de Jacarepagua au Brésil, Nigel Mansell dispute, le 26 mars 1989, son premier Grand Prix chez la prestigieuse écurie Ferrari. C’est aussi la première course de la Ferrari 640 munie de la boîte de vitesses semi-automatique à palettes au volant. Mansell gagne la course, mais se blesse sur le podium. En effet, il se coupe profondément à la main sur les arêtes aiguisées du trophée !

DAMON HILL
En 1991, Damon Hill, pilote de Formule 3000, devient pilote d’essais de l’écurie Williams. En 1992, on lui offre de remplacer Giovanna Amati chez Brabham au volant d’une BT60B-Judd. Hill dispose de peu de revenus à cette époque, et il doit travailler dans une tannerie durant la semaine afin de pouvoir payer les billets d’avion et ses chambres d’hôtel quand il se déplace aux Grands Prix. Hill a avoué que cette période de sa vie n’a pas été facile, d’autant que les puissants produits chimiques employés dans la tannerie avaient affecté sa santé.

NELSON PIQUET
Bizarrement, il se trouve que Piquet n'était pas le véritable nom de famille de Nelson Piquet Senior, triple champion du monde. Le Brésilien s'était inscrit à des courses de karting sous une fausse identité pour éviter que son père Estacio Gonçalves Souto Maior, alors ministre de la Santé au Brésil, ne sache qu'il participait à des compétitions automobiles. Sa mère était Française, il avait emprunté son nom de jeune de fille Clotilde Piquet.

ALAIN PROST
En 1975, Alain Prost se qualifie pour la finale du Volant Elf, une compétition organisée pour les pilotes débutants permettant à celui qui la remporte de se voir offrir une saison en monoplace. À cette époque, Prost effectue son service militaire obligatoire en Allemagne et a déjà épuisé toutes ses permissions de sortie. Travaillant dans les bureaux, il arrive à forger une fausse permission pour quitter la caserne et se rendre à cette finale... qu'il remporte. C'est ainsi qu’il démarre sa carrière automobile, lui qui n’a déboursé que 200 francs français (50$) pour débuter en monoplace.

Jim Clark sur Lotus en Belgique. Photo: Archives Ford

JIM CLARK
Grand Prix de Belgique 1964. Jim Clark est le champion du monde en titre, mais connaît une saison en demi-teinte. À trois tours de l'arrivée, Clark est quatrième et loin de ses adversaires. C'est alors que tout bascule durant les derniers tours. Le meneur, Dan Gurney, est victime d'une panne d'essence. Graham Hill, deuxième, abandonne à cause de la pompe à essence. Bruce McLaren, troisième, a un problème mécanique et complète le dernier tour en roue libre. Clark hérite alors de la victoire avec trois secondes d'avance sur McLaren !

JACK BRABHAM
Le Grand Prix des États-Unis de 1959 se déroule à Sebring et doit décider de la couronne mondiale entre Stirling Moss, Tony Brooks et Jack Brabham. Stirling Moss et Tony Brooks ayant rapidement abandonné, Brabham doit terminer dans les cinq premiers pour obtenir le titre de champion du monde. Mais le moteur Coventry Climax de sa Cooper lâche dans le dernier tour. L'Australien sort alors de sa monoplace pour la pousser jusqu'au drapeau à damiers. Quatre minutes plus tard, Jack Brabham passe la ligne d'arrivée à la 4e place... Épuisé, au prix d'un effort incroyable, il décroche son premier titre mondial.

NIKI LAUDA


Niki Lauda au volant de la Ferrari 312T2. Photo: WRI2

Après son premier titre mondial en 1975 conquis au volant d'une Ferrari, beaucoup réclamaient le départ de Niki Lauda de chez Ferrari au profit d’un pilote italien. Il n’a jamais aimé les Italiens… Cependant, le 1er août 1976, c'est un Italien, Arturo Merzario, qui va poser une geste héroïque en sauvant Lauda. Sur le circuit du Nürburgring, la Ferrari de Lauda percute les barrières de sécurité et rebondit au milieu de la piste où elle est percutée par d'autres monoplaces. Inconscient au milieu des flammes lqui e dévorent, Lauda est sauvé par Merzario qui n’hésite pas une seconde à sauter dans le brasier. Marqué à vie, Niki Lauda doit sa survie à un pilote italien qu’il n’aimait pas beaucoup.

Graham Hill. Photo: WRI2

Ayant grandi dans une famille modeste, Graham Hill à l'âge de 24 ans n'a pas encore passé son permis de conduire. Invité à essayer une Formule 3 par un collègue de travail pour cinq shillings le tour, c'est une véritable révélation. Sans argent, n'ayant aucun moyen d'intégrer le sport automobile, il se propose de travailler pour l'école de pilotage. Il fréquente aussi le pub « Steering Wheel Club » à Londres, où se retrouvent les pilotes de l'époque. Hill fait alors la connaissance de Colin Chapman, qui lui propose de travailler comme mécano au sein de son écurie Lotus. Hill prend ponctuellement le volant pour des essais ou des courses de tourisme avant d’être inscrit à des courses, et de gagner !

CLIFF ALLISON
Cliff Allison a terminé le Grand Prix d’Argentine de 1960 en 2e place et tente de rééditer son exploit à Monaco. Lors des essais libres du vendredi, le Britannique sort violemment de la piste avec sa Ferrari. Transféré à l'hôpital, il souffre d'un tassement de vertèbres et d'un bras cassé. Il reste cependant inconscient et plonge dans le coma durant 16 jours. Phénomène rare, lors de son réveil à l'hôpital de Monaco, Allison est capable de parler français correctement, alors que le Britannique ne connaissait pas tout cette langue auparavant !

AYRTON SENNA
Selon ses ingénieurs, comme Gérard Ducarouge, Senna avait sa propre télémétrie, ce qui l'avantageait à l'époque où les F1 n'étaient pas remplies d'électronique. Ducarouge raconta que chez Lotus, par manque de moyens, il n'avait mis que trois plaquettes de frein neuves pour la qualification alors que Senna exigeait du matériel neuf pour aller chasser la pôle. Ducarouge mit donc une 4e plaquette qui n'avait fait que quelques tours. Mais après son tour de formation, Senna rentra brusquement à son stand pour faire remarquer que sa plaquette avant-gauche n'était pas neuve. Toute l'équipe Lotus en resta sans voix.

avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes fascinantes à propos des pilotes de Formule 1

Message par nico28 le Jeu 27 Fév - 6:07

Sans oublier...

NIGEL MANSELL

Alors qu'il a dominé le GP du Canada 91, Mansell salue la foule dans le dernière longue ligne droite. Il en oublie même de surveiller le régime de son V10 Renault qui cale à un kilomètre de l'arrivée.
C'est son vieux rival Nelson Piquet qui remporte la course. "À quelques tours de la fin, j'ai levé le pied car la piste était très sale et je voulais m'assurer la deuxième place", rapporte Piquet. "Soudainement, pendant le dernier tour, l'équipe me contacte par radio et me dit 'Fonce, fonce, Nigel s'arrête"
Une preuve encore de la victoire de la chance sur la bêtise.
avatar
nico28

Messages : 66
Réputation : 6
Date d'inscription : 25/02/2014
Age : 40

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes fascinantes à propos des pilotes de Formule 1

Message par modena49 le Ven 28 Fév - 7:27

nico28 a écrit:Sans oublier...

NIGEL MANSELL

Alors qu'il a dominé le GP du Canada 91, Mansell salue la foule dans le dernière longue ligne droite. Il en oublie même de surveiller le régime de son V10 Renault qui cale à un kilomètre de l'arrivée.
C'est son vieux rival Nelson Piquet qui remporte la course. "À quelques tours de la fin, j'ai levé le pied car la piste était très sale et je voulais m'assurer la deuxième place", rapporte Piquet. "Soudainement, pendant le dernier tour, l'équipe me contacte par radio et me dit 'Fonce, fonce, Nigel s'arrête"
Une preuve encore de la victoire de la chance sur la bêtise.

excellent merci a toi.
avatar
modena49
modena49 Administrateur fondateur
modena49 Administrateur fondateur

Messages : 6107
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://modena49.forumgratuit.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes fascinantes à propos des pilotes de Formule 1

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum